Un opérateur global pour comprendre et diagnostiquer la qualité de l’air au Chili

Près de 10 millions de Chiliens sont quotidiennement exposés à des niveaux de particules fines supérieurs aux normes de l'Organisation mondiale de la Santé selon l’UNEP. Claudio Perez, Product Manager Air Quality au sein de SERPRAM, filiale de SUEZ au Chili dédiée à la qualité de l’air, revient sur cet enjeu environnemental majeur et les solutions mises en œuvre.

Qu’est-ce que le SERPRAM et qui sont vos principaux clients ?

SERPRAM est une société de services environnementaux, spécialisée dans les domaines du contrôle de la qualité de l'air, de la mesure des émissions atmosphériques de sources fixes et du traitement des pollutions de l’air.

Dans tout le Chili, nous accompagnons les principaux secteurs de production – majoritairement des entreprises privées - dans le contrôle de leurs émissions : mines et métallurgie, énergie, papier, etc. Pour cela, nous gérons plus de 120 stations de surveillance déployées sur tout le territoire national. Nous mesurons 365 jours par an la qualité de l'air pour vérifier en temps réel le respect des normes environnementales définies par le pays.

Quelle est la situation actuelle de la qualité de l'air au Chili ?

Ces dernières années, le Chili a subi plusieurs épisodes de pollution atmosphérique. L’un des épisodes les plus marquants a eu lieu en 2018 à Quintero, une ville de la province de Valparaiso, où plus de 1600 personnes ont subi une pollution atmosphérique provenant d’industries locales. Il y a aujourd’hui une forte demande de solutions, aussi bien de la part des industriels que du gouvernement, pour que ce type d’épisode ne se reproduise plus. Le Ministère de l’environnement chilien a donc pris des mesures en ce sens, notamment en adoptant un « plan de dépollution » pour inciter les entreprises à réduire leurs émissions. Par ailleurs, le Chili est récemment devenu le pays d’Amérique latine possédant la flotte la plus importante d’autobus électriques : rien que dans la capitale, près de 200 de ces autobus y circulent depuis le début de l’année 2019.

En ce qui concerne la qualité de l'air, quels sont les défis auxquels sont confrontés vos clients ? Comment les aidez-vous à faire face à ces problèmes ?

Les défis auxquels font face nos clients sont de différentes natures en fonction du secteur d’activité, mais aussi de la taille des entreprises. La plupart du temps, les petites entreprises se mettent en conformité par rapport aux normes en vigueur, alors que les entreprises de taille plus importante peuvent souvent aller plus loin que les exigences règlementaires. Nous les accompagnons par exemple dans le déploiement de services SMART, tels que les micro-capteurs haute technologie, que nous intégrons à notre plateforme digitale permettant à nos clients de prendre des décisions opérationnelles en ayant connaissance de l’impact de ces décisions sur la qualité de l’air. Ces micro-capteurs permettent d'obtenir différents types de données liées à la qualité de l’air (concentration des différents gaz dans l'air, température, force des vents, etc) avec un haut niveau de fiabilité et une fréquence de transmission élevée (jusque toutes les 5 mn). Ces données sont ensuite enregistrées sur notre plateforme digitale, traduites en informations validées et analysées afin de produire des rétro-trajectoires ou de réaliser des pronostics basés sur les modèles WRF et Calpuff, des modélisations d’épisodes de pollution, afin de prendre les décisions adaptées en termes d’impact sur la qualité de l’air. Nous avons par exemple déployé ces capteurs au cœur de Santiago dans la rue piétonne Paseo Bandera, où nous mesurons les principaux polluants atmosphériques (PM 2,5, NOx, CO2, COV, etc.), et offrons ainsi un outil d’aide à la décision à la collectivité pour le suivi de sa politique publique.

Nous travaillons également beaucoup avec l'industrie minière. Dans le cadre des activités de forage de cette industrie, nous mesurons et analysons un certain nombre de variables (vent, température, météo, durée du forage, etc) pour faire des projections sur 24h ou 48h afin de déterminer le moment le plus adapté pour que cette activité puisse être réalisée en minimisant les émissions de poussières qui impactent les communautés locales.

Quels sont les moyens mis en place pour poursuivre la lutte contre la pollution ?

Nos solutions permettent de concilier développement urbain et industriel et préservation de l’environnement. En ce sens, nous sommes convaincus que le déploiement à grande échelle de mesures, associées à des analyses adaptées grâce à la technologie, est fondamental pour lutter contre la pollution de l’air et le réchauffement climatique. Ainsi, nous œuvrons au déploiement de solutions qui vont dans le sens de cette vision, comme les projets sur lesquels nous travaillons avec les collectivités et industriels (industrie minière, portuaire, pâte et papier…). Une fois que les données collectées ont été analysées grâce aux technologies SMART, nous pouvons proposer des solutions de traitement sur mesure, qui constituent de véritables armes pour lutter contre la pollution. Par ailleurs, en tant que filiale du Groupe SUEZ, nous pouvons proposer à nos clients des solutions intégrées, liant le suivi et les services liés à la pollution de l’air, de l'eau et des sols. C'est de ce type de solutions plus globales dont ont besoin nos clients.

Commentaires:

Un commentaire est obligatoire