BIOWAVE & BIOSTREAM, êtes-vous prêts à transformer le courant marin en courant électrique ?

© Jérôme Meyer-Bisch

Face à l’enjeu de la diversification du mix énergétique et aux engagements de plus en plus d’États en faveur des énergies propres, une partie de la solution pourrait résider dans les énergies marines renouvelables (EMR).

Sur une planète recouverte à 70 % par les mers et les océans, la houle, les vagues, les marées et le vent révèlent ainsi un potentiel immense.

 

Ce potentiel, la société australienne BPS a su l’exploiter en imaginant deux innovations inspirées de la faune et de la flore marine : BioWAVE et BioSTREAM. Ces deux mécanismes fonctionnent comme des dynamos : ils captent l’énergie marine, qui est transmise à un module (O-drive) où elle est lissée et convertie en pression hydraulique, puis transformée en courant alternatif grâce à une turbine, pour être enfin acheminée jusqu’au point d’utilisation ou au réseau de distribution d’électricité, situés sur la côte.

 

Leur particularité vient de leur forme bio-inspirée. BioWAVE imite le mouvement d’une algue géante, le kelp. Haute de 26 mètres et fixée sur le sol marin, l’installation est surmontée de trois cylindres (A) remplis d’air dont la partie supérieure est située près de la surface. Cela lui permet de collecter l’énergie (mécanique) de la houle ; cette énergie est ensuite transmise via des vérins hydrauliques (B) à un module O-drive embarqué (C), qui la convertit en électricité.

 

© Jérôme Meyer-Bisch 

 

BioSTREAM, quant à elle, est une structure immergée qui prend la forme d’une nageoire caudale de poisson évoluant au rythme des courants de marée. Un ordinateur de bord en contrôle la direction (D). À la différence de BioWAVE, elle est fixée à de plus grandes profondeurs afin de capter le plus efficacement l’énergie des vagues. Le mouvement oscillatoire actionne deux vérins hydrauliques (E) qui transmettent leur énergie à un module O-Drive (F), cette fois relié à distance par un câble à l’instar de BioWAVE.

 

Ces mécanismes, qui ne nuisent pas à l’environnement, peuvent produire jusqu’à 2 mégawattheures par an, soit l’équivalent de la consommation de 1 600 foyers et jusqu’à 100 mégawatts s’ils sont mis en réseau. Une énergie dont l’atout majeur réside dans la constance de sa production.

-- 

Commentaires:

Un commentaire est obligatoire