© Alexis Antoine

La révolution de la ressource a besoin des femmes

Découvrez Jun Jun, Annelise, Marie-Ange, Xue Jun, Ana et Vanessa, qui agissent au quotidien pour réconcilier croissance et environnement

 

# Jun Jun utilise ses connaissances dans le domaine des déchets dangereux pour former de jeunes talents au développement durable.

 

Jun Jun Wu - Responsable des essais en laboratoire au Centre de R&D - SCIP - Chine

« J'encourage les femmes à poursuivre leur passion. »

 

Quand et comment a débuté votre engagement pour une meilleure gestion des ressources ? 

Après mon diplôme d'ingénieur en environnement, j'ai rejoint le Parc industriel chimique de Shanghaï (SCIP). 
J’ai toujours été sensible à la préservation des ressources et aujourd’hui je fais tout pour que mes connaissances professionnelles soient au service d’un cadre de vie respectueux de l’environnement.

 

Pouvez-vous donner un ou deux exemples de vos contributions à l'économie circulaire ?

Je travaille au département essais en laboratoire d'une unité de valorisation énergétique (UVE). L'économie chinoise se développe rapidement, cela engendre une production plus importante de déchets industriels par les entreprises que nous servons. Nous devons traiter les déchets et les recycler en ressources utiles pour maintenir l'exploitation continue du parc tout en minimisant les impacts environnementaux. Avec plus de 10 ans d'expérience et de connaissances dans l'industrie de l'environnement, je fournis des données fiables pour le prétraitement des déchets dangereux afin de garantir la stabilité de l'ensemble du processus de traitement. Je transmets également des données pour contrôler les niveaux d'émission afin de se conformer aux normes légales et de limiter les impacts sur l'environnement et sur la communauté.
Une usine de transformation de déchets en énergie comporte de nombreuses étapes et le travail du laboratoire peut s'avérer complexe. Dans ce contexte, il est essentiel de former et de fidéliser les jeunes talents afin d’assurer un développement durable. Je suis heureuse de partager mes connaissances et mon expérience avec eux. 

 

Quel message souhaitez-vous transmettre aux femmes pour qu’elles s’engagent dans la révolution de la ressource ? 

Cette nouvelle ère est propice à l’engagement des femmes et à leur évolution dans des rôles de plus en plus clés. J'encourage les femmes à poursuivre leur passion et à réaliser de grandes choses en mettant leurs talents en avant dans leurs métiers.

 

 

Comme Jun Jun, êtes-vous prêts à aider les entreprises à se développer de manière plus durable ? 
Rejoignez-nous

 

_

 

 

# Annelise accompagne les collectivités et les entreprises dans la mise en œuvre de solutions préservant les ressources naturelles et l’attractivité des territoires. 

 

Annelise Avril - Directrice Générale de l’activité Consulting de SUEZ

« Les femmes doivent prendre part aux processus décisionnels aux côtés de tous les acteurs afin de promouvoir des solutions inclusives et durables pour préserver les ressources. »

 

Quand et comment a débuté votre engagement pour une meilleure gestion des ressources ?

J’ai toujours été motivée par la préservation de la ressource. Dès le début de ma carrière, en 1995 au sein de l’activité Consulting de SUEZ, j’ai été attirée par les projets concrets servant cet objectif. J’ai travaillé sur l’un des tous premiers Schémas d’Aménagement et de Gestion des Eaux (SAGE) dans l’Oise. Cet outil, instauré par la loi sur l’eau de 1992, vise la mise en œuvre d’une gestion planifiée, concertée et durable des ressources en eau dans un périmètre hydrographique cohérent. Je suis également co-auteure avec le Sénateur Jacques Oudin d’un ouvrage publié en 1999 et intitulé « L’eau en France, quelle stratégie pour demain ? », qui formulait des recommandations concrètes dans le cadre de l’élaboration de la future Loi sur l’Eau et les Milieux Aquatiques (LEMA).

 

Pouvez-vous donner un ou deux exemples de vos contributions à l'économie circulaire ?

Lorsque je dirigeais Allwater en Australie, nous avons développé pour la première fois dans ce pays et au sein de SUEZ une unité de co-digestion permettant de produire de l’énergie à partir de boues résiduaires urbaines et d’une grande variété de déchets fermentescibles, tels que des produits laitiers, des sodas, des légumes, acheminés par les équipes de SUEZ sur une station d’épuration située au Sud du pays à Glenelg. Grâce à ce projet et à nos efforts en matière d’efficacité énergétique, nous sommes devenus la première entreprise australienne certifiée pour l’énergie (ISO 50001) et nous avons reçu en 2016 le « South Australia Environment Minister’s High Commendation for Climate Change Leadership ». Dans le cadre du développement de nos activités de déconstruction, je peux également évoquer l’exemple du chantier de déconstruction de la caserne Raby à Bron (Rhône), dont nous assurons la maîtrise d’œuvre. 90% des matériaux seront réutilisés sur site ou recyclés, soit 103 000 tonnes, un taux excédant largement l’obligation de valoriser à 70% les déchets du BTP prévu par la loi sur la transition énergétique et pour la croissance verte.

 

Quel message souhaitez-vous transmettre aux femmes pour qu’elles s’engagent dans la révolution de la ressource ? 

Les enjeux liés à la préservation des ressources et à l’économie circulaire sont de plus en plus complexes, interconnectés et appellent de nouvelles réponses. Je crois profondément aux vertus de la diversité pour imaginer des solutions originales et adaptées. Les femmes doivent donc se mobiliser aux côtés de tous les acteurs, prendre part aux processus décisionnels, pour combiner toutes les idées et les approches afin de développer des solutions inclusives et durables, les promouvoir, et enfin les mettre en œuvre.

 

 

Comme Annelise, êtes-vous prêts à préserver les ressources?  
Rejoignez-nous

 

_

 

 

# Avec SUEZ et à travers le monde, Marie-Ange accompagne la transition vers une économie circulaire en faveur d’un développement plus respectueux de l’environnement. 

 

Marie-Ange Debon - Directrice Générale Adjointe SUEZ en charge de la France, de l'Italie et de l'Europe Centrale

© CAPA

« SUEZ a besoin de toutes les parties prenantes : collectivités, entreprises, citoyens… Les femmes font évidemment partie de cet écosystème. »

 

Quand et comment a débuté votre engagement pour une meilleure gestion des ressources ?

Je suis engagée depuis plus de dix ans pour une meilleure gestion des ressources. Avant SUEZ, durant de précédentes missions, j’ai notamment participé à la mise en place de la filière du recyclage des DEEE (Déchets d’équipements électriques et électroniques). Avec SUEZ, mon engagement s’est évidemment renforcé. Piloter les stratégies de développement de l’économie circulaire dans différents pays me permet de contribuer à une meilleure gestion des ressources de manière plus large et diversifiée. 

 

Pouvez-vous donner un ou deux exemples de vos contributions à l'économie circulaire ?

L’expertise de SUEZ s’observe à travers le monde. À Amman, la capitale de la Jordanie, le traitement des eaux usées permet d’assurer 10 % des besoins de la ville en irrigation. Par ailleurs, la station de traitement est autonome en énergie. En France, chaque année, l’usine « Plastiques Atlantique » située à Bayonne, nous permet de recycler près de 17 000 tonnes de plastique « PET » issues des bouteilles, pour leur donner une seconde vie. 
Nous sommes résolument tournés vers l’avenir et vers une gestion plus raisonnée des ressources. Nous nous appuyons pour cela sur l’essor du digital et des nouvelles technologies pour accompagner le développement des villes intelligentes dans leur fonctionnement, sobres dans leur consommation de ressources et résilientes aux changements climatiques . 

 

Quel message souhaitez-vous transmettre aux femmes pour qu’elles s’engagent dans la révolution de la ressource ? 

Je suis engagée pour la parité hommes-femmes et pour que les femmes occupent plus de postes opérationnels et accèdent mieux aux postes de direction. Nous sommes tous acteurs de l’économie circulaire. Un acteur comme SUEZ a besoin de l’engagement de toutes les parties prenantes : citoyens, collectivités, entreprises… Les femmes font bien évidemment partie de cet écosystème. 

 

Comme Marie-Ange, êtes-vous prêts à devenir acteur de l’économie circulaire ?
Rejoignez-nous

 

_

 

 

# Sous la direction de Xue Jun, le parc industriel de Suzhou est le premier parc récompensé en Chine pour son respect de l'environnement.

 

Xue Jun Wang - Directrice du Bureau de la protection environnementale et du parc industriel de Suzhou

« Chaque femme doit tout mettre en œuvre pour atteindre ses objectifs. La révolution de la ressource doit en être un. » 

 

Quand et comment a débuté votre engagement pour une meilleure gestion des ressources ? 

J'ai étudié la chimie à l'Université Fudan, l'une des universités chinoises les plus réputées. En 1995, j'ai été recrutée par le bureau de la protection de l’environnement du parc industriel de Suzhou. Puis, en 1999, grâce au parrainage du gouvernement, j'ai poursuivi mes études au Massachusetts Institute of Technology. A mon retour, j’ai pu appliquer au Parc industriel de Suzhou mes connaissances en gestion environnementale acquises aux États-Unis. Dès lors, je me suis assurée de lier développement industriel et respect de l’environnement. 

 

Pouvez-vous donner un ou deux exemples de vos contributions à l'économie circulaire ?

En tant que directrice du Bureau de la protection environnementale et du parc industriel de Suzhou, mon rôle est de conseiller et de contrôler la gestion environnementale du parc. J'évalue les nouveaux projets et je rejette ceux qui comportent des risques environnementaux. En partenariat avec SUEZ et en adoptant le modèle de l'économie circulaire, j'ai mis en place des projets de recyclage des déchets dangereux et de récupération des boues issues des industries pour en faire de nouvelles ressources.  

 

Quel message souhaitez-vous transmettre aux femmes pour qu’elles s’engagent dans la révolution de la ressource ? 

Qu’elles soient femmes au foyer ou actives, chaque femme doit être enthousiaste et tout mettre en œuvre pour atteindre ses objectifs. La révolution de la ressource doit en être un.

 

Comme Xue Jun, êtes-vous prêts à vous battre pour des entreprises plus écologiques ? 
Rejoignez-nous

 

_

 

 

Chez SUEZ, Ana propose à ses clients des solutions concrètes répondant aux besoins des populations, des industriels, et aux enjeux environnementaux.

 

Ana Giros - Directrice générale de SUEZ en Amérique Latine et Exécutive VP Industrial Markets & Key Account

« Aux femmes leaders de demain; trouvez votre parcours, devenez des professionnelles compétentes et restez convaincues que la diversité est une source de richesse. »

 

Quand et comment a débuté votre engagement pour une meilleure gestion des ressources ? 

Avant tout une conviction : il est urgent de préserver notre planète pour les prochaines générations.
En 2015 lorsque j’ai intégré le Groupe SUEZ, j’ai pu contribuer à proposer à nos clients en Amérique Latine des solutions concrètes pour limiter l’impact environnemental et répondre aux besoins essentiels des populations. J’ai pu aussi accompagner l’évolution de notre proposition de valeur chaque fois plus holistique dans l’industrie.

 

Pouvez-vous donner un ou deux exemples de vos contributions à l'économie circulaire ?

L’économie circulaire c’est par exemple transformer les eaux usées en nouvelles bioressources grâce à la réutilisation de l’eau une fois traitée, valorisation des boues en matières secondaires et énergie. Nous le faisons au Chili dans nos Biofactorias et au Mexique au cœur même de la Ville de Mexico.
Cela requiert un changement de paradigme, à la fois dans la compréhension commerciale pour mieux cerner les enjeux de nos clients, et dans la connaissance technique pour proposer des solutions concrètes et innovantes. Ma contribution, c’est aussi de promouvoir et accompagner les talents locaux dans nos métiers et notamment nos talents féminins ; proposer des postes de commerciaux à des femmes mais également encourager les jeunes générations à choisir des études universitaires scientifiques, techniques.

 

Quel message souhaitez-vous transmettre aux femmes pour qu’elles s’engagent dans la révolution de la ressource ? 

Trouvez le parcours que vous aimez, devenez des professionnelles compétentes et restez convaincues que la diversité est une source de richesse pour l’ensemble du Groupe.

 


Comme Ana, êtes-vous prêts à mettre en place l’économie circulaire dans les territoires ? 
Rejoignez-nous

 

_

 

 

# Chez SUEZ, Vanessa participe à la préservation des ressources en ville et s’assure que les déchets recyclables partent dans des filières de valorisation.


Vanessa Gressier - Responsable de Contrats Bordeaux Métropole 

« Il faut y croire et ne pas se dire que c’est moins facile pour les femmes. »

 

Quand et comment a débuté votre engagement pour une meilleure gestion des ressources ? 

Cela fait 20 ans que je m’engage chez SUEZ, une entreprise qui travaille pour une meilleure gestion des ressources.

Je pense que l’entreprise évolue, par exemple son implication dans la préservation de l’environnement a changé, il s’est renforcé. Rien que mon poste en tant que Responsable de Contrat Bordeaux Métropole le prouve. SUEZ a agrandi ses marchés et se diversifie, l’exemple le plus proche est celui de la propreté urbaine (PU) qui a été ouvert dans le Sud-Est. 

 

Pouvez-vous donner un ou deux exemples de vos contributions à l'économie circulaire ?

Dans le cadre du marché de la PU, c’est la qualité de vie des usagers qui importe. Notre travail est de faire en sorte que le secteur délégué à SUEZ soit propre de 7h à minuit. En effet il faut savoir que dans notre secteur c’est à peu près 400 tonnes d’ordures ménagères par mois qui sont ramassées et 45 à 50 tonnes d’emballages carton. Or la préservation des ressources est au cœur du marché de la Propreté Urbaine. Ainsi quand certains déchets sont redirigés vers l’incinérateur afin de produire de l'énergie, les emballages entrent en centre de tri et les encombrants sont prétriés. Le sable de balayage qui peut être incinéré est également valorisé par SUEZ. Je m’assure donc avec mon équipe que les déchets qui sont recyclables partent dans des filières de valorisation.

Je propose aussi de nouvelles solutions à la collectivité, en faveurs de l’économie circulaire, pour améliorer leurs services.

 

Quel message souhaitez-vous transmettre aux femmes pour qu’elles s’engagent dans la révolution de la ressource ? 

Si je devais donner un conseil, je dirais de bien savoir s'entourer. Je dirai aussi qu’il faut y croire, tout simplement. Ne pas se dire que c'est moins facile pour les femmes.

 

Comme Vanessa, êtes-vous prêts à préserver les ressources en milieu urbain ? 
Rejoignez-nous

Voir plus