à Bessières, les tomates poussent grâce aux déchets

© Studio Fi

Comment limiter l’impact énergétique des cultures maraîchères tout en produisant davantage pour répondre aux besoins alimentaires d’une population qui augmente ? C’est à cette question que tentent de répondre industriels et agriculteurs en s’associant pour améliorer leur performance environnementale sur leur territoire.

© SUEZ 

 

À Bessières, le réseau de chaleur de l’écopôle Econotre, géré par SUEZ et subventionné par l’ADEME[1], est l’un de ces modèles vertueux à suivre. Il permet de chauffer des serres agricoles dédiées à la culture de plants de tomates avec de l’énergie renouvelable générée par la combustion de déchets venant de plus de 150 communes proches de Toulouse.

 

Ce site utilise la technologie de cogénération haute performance CHP+, brevetée il y a quelques années par le groupe SUEZ. Un procédé qui exploite l’énergie issue de la combustion de déchets ménagers pour produire de l’électricité et de la chaleur. Plus précisément, l’incinération des déchets dégage une chaleur qui transforme ensuite l’eau en vapeur, puis en électricité grâce à un groupe turbo-alternateur. En sortie de ce groupe turbo-alternateur[2] il reste de l’énergie basse température. Le réseau récupère cette énergie basse température (vapeur à 42 °C) pour alimenter en chauffage les plants de tomates installés à proximité du site. Le maraîcher économise ainsi 2 200 tonnes équivalent pétrole et 6 000 tonnes de CO2 par an pour ses besoins en chauffage.

 

Les 6 000 tonnes de tomates ainsi cultivées sans pesticides fournissent les grandes surfaces et les marchés de la région. Un exemple de boucle d’économie circulaire locale, de développement durable et de création d’énergies renouvelables au bénéfice de tous les acteurs d’un même territoire.

[1] Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie.

[2] Grâce à la combinaison d’une turbine et d’un alternateur, l’énergie d’un fluide en mouvement (eau, gaz, vent) est transformée en électricité.

 

 

 

Cet article a été publié dans le septième numéro  d'open_resource magazine : "Alimentation durable, planète durable"

Commentaires:

Un commentaire est obligatoire