© Alberto Restifo

La révolution de la ressource a besoin des femmes

Karen, Bianca, Alexandra, Sophie : 4 femmes qui participent à la production d’une énergie durable pour tous

 

# Avec SUEZ, Karen conçoit des solutions ad hoc pour recycler des déchets spécifiques et transformer les déchets résiduels en nouvelles ressources.

 

Karen deBoeck - Directrice du développement des déchets non ferreux, SUEZ en Belgique

© Verbruggen Thomas

« C'est notre rôle, chez SUEZ, d’inviter les femmes à rejoindre les métiers de la gestion de la ressource. »

 

Quand et comment a débuté votre engagement pour une meilleure gestion des ressources ? 

Comme tous ceux de ma génération, on m'a appris à ne pas gaspiller la nourriture, à ne pas renverser d'eau, à ne pas laisser les lumières allumées... D'une certaine manière, l'idée de la gestion des ressources m'a été inculquée dès le plus jeune âge. En rejoignant SUEZ, il y a maintenant 9 ans, cela est devenu mon activité professionnelle. 

 

Pouvez-vous donner un ou deux exemples de vos contributions à l'économie circulaire ?

Lorsqu’on incinère des déchets, il reste encore 20 % de résidus : le mâchefer. Trié, tamisé, traité, le mâ­chefer peut fournir quatre types de matériaux : des gra­nulats pour le revêtement des routes, des plastiques, des métaux ferreux et des métaux non ferreux comme l’alu­minium, le cuivre ou des métaux précieux. 

Il y a 9 ans, j'ai rejoint l'usine Valomac en Belgique qui traite les mâchefers de 9 incinérateurs différents. Dans cette usine, les résidus sont recyclés pour être réutilisés. 

Pour aller plus loin, nous avons construit une installation « Valomet » permettant une séparation encore plus fine des métaux. Ainsi, l’usine produit et fournit de l'aluminium et du cuivre qui peut être directement réutilisé en fonderie ou par les raffineurs. Une première en Europe qui a permis de réintroduire dans la chaîne de valeur des matériaux perdus ou considérés comme irrécupérables.
 

Quel message souhaitez-vous transmettre aux femmes pour qu’elles s’engagent dans la révolution de la ressource ? 

Je pense que nous sommes à l’aube d’une transformation majeure. SUEZ a besoin d’une diversité de points de vue pour faire face à cette période de mutation. Mon message aux femmes serait de parler haut et fort. Soyez visibles, montrez-vous. C'est notre rôle, chez SUEZ, d’inviter les femmes et les hommes à rejoindre les métiers de la gestion de la ressource.
 

 

Comme Karen, êtes-vous prêts à transformer les déchets en nouvelles ressources ?
Rejoignez-nous

 

_

 

 

# Bianca donne aux entreprises les moyens de construire des écosystèmes d'innovation axés sur les objectifs de développement durable.

 

Bianca Dragomir  - Directrice du cluster dédié aux industries énergétiques de Valence (AVAESEN) 

« Les femmes ont un potentiel immense pour faire bouger un monde en mutation. »

 

Quand et comment a débuté votre engagement pour une meilleure gestion des ressources ? 

J'ai réalisé il y a longtemps que le changement climatique était quelque chose que nous ne maitrisons pas. Nous devons trouver des solutions alternatives et innovantes afin d'avoir un impact positif sur la planète. Je crois sincèrement que les technologies sont LA solution. Collectivement, les entreprises, les gouvernements, les chercheurs, les investisseurs et ceux qui innovent sont indispensables. Les clusters, ou réseaux d’entreprises, tels que AVAESEN, sont des multiplicateurs d'impact et peuvent façonner et conduire la transformation.

 

Pouvez-vous donner un ou deux exemples de vos contributions à l'économie circulaire ?

En 2014, j'ai lancé le premier incubateur de start-ups entièrement dédié au climat et le premier concours mondial pour les entreprises durables « Global Green Business Idea Competition » en Espagne. Dès lors, j'ai accéléré la mise sur le marché de plus de 300 start-ups Cleantech européennes et ce dans 12 pays.

Depuis 2018, je dirige le mouvement Clusters of Change, donnant à 2500 réseaux d’entreprises les moyens de construire des écosystèmes ouverts, audacieux, entreprenants et axés sur les objectifs du développement durable en Europe et au-delà. 

 

Quel message souhaitez-vous transmettre aux femmes pour qu’elles s’engagent dans la révolution de la ressource ? 

Les femmes ont un potentiel immense pour faire bouger un monde en mutation. Nous devons nous éloigner du « business as usual » pour nous tourner vers le « business unusual », dans lequel les femmes talentueuses, audacieuses et intrépides jouent un rôle clé.

 


Comme Bianca, êtes-vous prêts à accompagner le développement d'innovations durables ? 
Rejoignez-nous

 

_

 

 

# Alexandra développe des méthodes de valorisation des déchets innovantes et plus écologiques

 

Alexandra Bourgoin - VP du Développement Commercial – R&V, SUEZ en Italie, Europe Centrale et de l’Est

« De réelles opportunités existent pour les femmes engagées dans la révolution de la ressource. »

 

Quand et comment a débuté votre engagement pour une meilleure gestion des ressources ? 

Je travaille depuis plus de 16 ans chez SUEZ dans différentes fonctions en France et à l'international. J'ai commencé ma carrière au sein de l’activité Recyclage & Valorisation en France en tant que chef de projet pour le recyclage des produits en fin de vie. Dans le cadre du projet European Life PAMELA (Process for Advanced Management of End-of-Life of Aircraft), j’ai eu l’occasion de montrer comment il est possible de récupérer et recycler plus de 90% de la masse totale d’un avion. 

 

Pouvez-vous donner un ou deux exemples de vos contributions à l'économie circulaire ?

J'ai toujours travaillé sur des activités d'économie circulaire et de préservation des ressources notamment en tant que directrice d'une usine de valorisation énergétique. Il s'agissait de produire de l'énergie à partir des déchets. 

 

Quel message souhaitez-vous transmettre aux femmes pour qu’elles s’engagent dans la révolution de la ressource ? 

Notre secteur est au cœur de deux révolutions : les ressources et l'énergie. Cela représente beaucoup d'opportunités et beaucoup de challenges. Nos activités opérationnelles ont été modernisées et elles ont besoin d'engagement pour faire face aux nombreux défis qui nous attendent. Il existe de grandes possibilités de développement pour les femmes engagées dans la révolution de la ressource. La révolution de la ressource a besoin de nous. 

 

Vous aussi, comme Alexandra, êtes-vous prêts à vous engager dans la révolution de la ressource ?
Rejoignez-nous

 

_

 

 

# Intéressée aux problématiques environnementales, Sophie souhaite avoir un impact positif dans le domaine de la gestion des déchets.

 

Sophie Monteil - Directrice de l'usine de valorisation énergétique des déchets dangereux (Schkopau) de SUEZ en Allemagne.

« Je souhaite que chaque femme vive sa vie professionnelle dans le respect de ses valeurs personnelles, comme j'ai la chance de le faire chez SUEZ. »

 

Quand et comment a débuté votre engagement pour une meilleure gestion des ressources ? 

J'ai toujours été intéressée par les questions environnementales. Mes missions m’ont amenée à travailler dans des domaines liées à la fourniture d'électricité, la valorisation énergétique des déchets et le traitement des eaux usées. Ma première contribution a été la construction d'une usine de recyclage dans le sud de la France : à la sortie de la chaîne de tri, les déchets devenaient de nouvelles matières premières secondaires. C'était la démonstration claire de mon impact positif et en même temps le point de départ de tous mes autres engagements.  

 

Pouvez-vous donner un ou deux exemples de vos contributions à l'économie circulaire ?

Après cette première expérience, j'ai été directrice de production d'une usine de valorisation énergétique des déchets pendant 6 ans. Cette usine produisait de l'électricité pour ses propres besoins et fournissait de la vapeur au réseau public de chauffage. J'ai ensuite été nommée responsable des risques industriels d'une usine de traitement des eaux usées produisant du biogaz à partir de boues et permettant ainsi de réduire la consommation d'énergies fossiles de l'usine. 

Je dirais que l'économie circulaire a toujours fait partie de ma vie professionnelle et ce n'est pas une coïncidence. C’est clairement lié à mes valeurs et à mes engagements personnels.

 

Quel message souhaitez-vous transmettre aux femmes pour qu’elles s’engagent dans la révolution de la ressource ? 

Les activités de SUEZ et la révolution que le Groupe entend mener sont au cœur même des défis à laquelle la Terre est confrontée. Face aux grands enjeux techniques liés à la révolution de la ressource, nous accompagnons nos clients dans leurs propres enjeux de gestion des ressources et d'énergie, en apportant des solutions innovantes et durables. Nous menons les multiples transformations nécessaires - y compris dans les mentalités des équipes, des clients et des familles - ce qui nous donne l'opportunité de développer nos compétences en faisant une différence pour la planète. 


 

Comme Sophie, êtes-vous prêts à agir pour un monde plus circulaire ? 
Rejoignez-nous