La révolution de la ressource a besoin des femmes

A l’occasion de la Journée Internationale des Droits des Femmes 2019, nous invitons toutes les femmes, partout dans le monde, à s’engager pour faire bouger les lignes et contribuer à créer un monde plus circulaire et plus respectueux de la ressource. #resourcefulwomen

 

Depuis toujours les femmes jouent un rôle moteur dans les grandes révolutions de nos sociétés. Les découvertes de Marie-Curie sur la radioactivité ont bouleversé notre rapport à la médecine, à l’énergie et à l’environnement. Concernant la révolution spatiale, Margaret Heafield Hamilton a dirigé l'équipe qui a conçu et programmé le système de navigation de la mission spatiale Apollo. L’action de Rosa Parks a été déterminante dans la lutte pour la diversité. L’égalité des sexes a quant à elle été portée par des femmes comme Simone de Beauvoir en France ou Komako Kimura au Japon. 

Nous devons aujourd’hui nous engager dans un nouveau combat, le plus grand de notre siècle : la révolution de la ressource. Il est urgent de mieux protéger les écosystèmes et les ressources naturelles, de produire de nouvelles ressources et de l’énergie durable grâce à l’économie circulaire, ou encore de concevoir les solutions permettant de lutter contre le réchauffement climatique. Nous sommes en 2019 et l’Humanité vit déjà à crédit. La raréfaction des ressources menace nos sociétés et nos modes de vie. Si nous n’évoluons pas vers un modèle radicalement circulaire quelle sera la situation en 2050 lorsque la Terre comptera 9 milliards d’individus ? 

 

Les femmes sont les plus impactées par les enjeux de la ressource

 

La pression exercée sur les ressources et les écosystèmes met en péril la moitié des espèces vivantes. Elle touche également l’espèce humaine et avant tout les femmes, qui sont sur-impactées par la raréfaction et les difficultés d’accès aux ressources. 

Selon l’ONU, le temps que les filles et les femmes passent à collecter de l’eau équivaut à 200 millions d’heures chaque jour dans le monde. Un temps qu’elles n’utilisent pas pour développer une activité économique, ni s’éduquer et ainsi s’émanciper. Et les femmes et les enfants sont quatorze fois plus touchés par les catastrophes naturelles. 

Premières impactées et paradoxalement sous représentées : seulement 20% des décideurs sont des femmes ! La plupart des grandes organisations appellent désormais à mener de front des programmes visant l’égalité femme-homme et le développement durable. Déjà en 1997, la Commission de la condition de la femme des Nations Unies avait recommandé de « favoriser la participation active des femmes dans l'élaboration et l'application des politiques environnementales visant à promouvoir et à protéger la santé, comme la détermination de critères relatifs à l'eau potable ». 

Certains pays ont commencé à franchir le pas. La Côte d’Ivoire a ainsi déployé un programme national d'action sur l'environnement prenant en compte les questions relatives aux femmes. En Colombie, le « Directorat pour l'égalité » et le Ministère de l'environnement collaborent dans la planification et la mise en œuvre de leurs programmes et politiques. A l’échelle internationale, le mouvement women4climate a pour mission de rassembler et engager les femmes qui agissent dans le champ de la lutte contre le changement climatique.

 

Si des pionnières montrent la voie, il est indispensable de renforcer l’engagement des femmes dans les métiers de la ressource

 

Parce qu’il n’est pas d’engagement durable pour la ressource sans une pleine participation des femmes, il est nécessaire de valoriser les initiatives des femmes à travers le monde et d’encourager leur action. Certaines montrent la voie. Les plus emblématiques sont Rachel Carson, Greta Thunberg, Ellen MacArtur ou encore Wangari Muta Maathai. A côté de ces figures de proue, partout dans le monde des femmes agissent et innovent au quotidien pour préserver les ressources essentielles à notre avenir. 

 

 

Ces exemples n’ont aucune raison de demeurer des exceptions. Le Pew Research Center a révélé dans une étude en 2015 que les femmes sont en moyenne plus préoccupées par les questions environnementales. Dès 2012, l’Université de Berkeley révélait que la majorité des étudiantes plaçaient déjà les questions environnementales dans le top 3 de leurs préoccupations professionnelles.

Conscient de la nécessité de renforcer la place et le leadership des femmes dans les métiers de la ressource, SUEZ a pris l’engagement dans tous ses recrutements de managers que 50 % des candidatures sélectionnées seront des femmes.

Pour intensifier encore cette dynamique, nous partageons aujourd’hui un appel pour que les femmes s’engagent dans la révolution de la ressource.

 

Rejoignez la dynamique des #resourcefulwomen

 

A l’occasion de la Journée Internationale des Droits des Femmes 2019, nous invitons toutes les femmes, partout dans le monde, à s’engager pour faire bouger les lignes et contribuer à créer un monde plus circulaire et plus respectueux de la ressource :

  • en s’engageant au quotidien dans leur fonction, et à leur niveau, à promouvoir le leadership féminin et l’économie circulaire,
  • en créant leur entreprise ou leur start-up dans le domaine de la ressource,
  • en développant un projet associatif ou militant dans le but de préserver les ressources essentielles à notre avenir,
  • en candidatant pour rejoindre SUEZ ou tout autre entreprise du secteur,
  • en s’orientant dans des formations amenant aux métiers de la gestion de la ressource.

 

La révolution de la ressource a besoin de vous.

Rejoignez une communauté active et créative, engagée pour une économie durable et circulaire des ressources.

Voir plus