3 startups mobilisées pour lutter contre la pollution atmosphérique en Asie

L’Asie est l’une des régions du monde les plus touchées par la pollution atmosphérique, avec 5 pays particulièrement touchés : la Chine, l’Inde, le Pakistan, l’Indonésie et le Bangladesh. Focus sur 3 startups mobilisées pour lutter contre ce phénomène.

Nasofilter, un filtre nasal anti-particules

Selon une récente étude, l’Inde compterait 7 des 10 villes les plus polluées au monde. Une situation préoccupante, tant sur le plan sanitaire qu’environnemental. Face à ce constat, une équipe de l’Indian Institute of Technology a développé un filtre respiratoire nasal permettant de filtrer la pollution de l’air jusqu’aux particules fines. Ce filtre s’insère directement au niveau des narines, et constitue une alternative aux masques respiratoires classiques. Conçu en matériaux recyclables, il permet d’éviter l’absorption de 90% des particules fines. Son efficacité peut aller jusque 12h. 

Des TukTuk durables nouvelle génération

Grab est une application singapourienne proposant des services de taxi et de livraison en Asie du Sud-Est. L’entreprise a lancé en 2019 le premier service de déplacement en Tuk Tuk électriques d’Asie du Sud-Est dans la ville de Chiang Mai au nord de la Thaïlande. Ces TukTuk nouvelle génération ont vocation à remplacer la flotte de 450 Tuk Tuk traditionnels, contribuant ainsi au développement d’une mobilité plus durable au sein de la ville. Selon l’entreprise, un TukTuk électrique permettrait à son chauffeur d’économiser 80% de ses frais de carburant ; il permettrait également de réduire de 4.18 tonnes les émissions de gaz à effet de serre par an. Cette démarche s’inscrit dans le cadre de la « Chiang Mai Smart Mobility Alliance Network », un partenariat entre Grab, le gouvernement de Chiang Mai et des industries locales, visant notamment à construire une ville moins polluée.

Chakr Shield : un dispositif mobile pour valoriser les émissions de carbone en encre

Réduire l’impact des émissions de polluants atmosphériques en les transformant en matière valorisable, c’est l’objectif de l’innovation développée par la startup indienne Chakr Shield : une technologie permettant de capturer à la source jusque 90% des émissions des générateurs diesel, puis de les transformer en encre et en peinture. Selon l’entreprise, le dispositif a d’ores et déjà permis de capturer 500 kg de particules, permettant d’éviter l’équivalent de l’absorption annuelle de particules de générateurs diesel à près de 600 000 personnes.

Les fondateurs de Chakr Shield ont été lauréats du Young Champions of the Earth Prize en 2018 pour leur engagement en faveur d’une meilleure qualité de l’air.

Commentaires:

Un commentaire est obligatoire