Upcycle, la start-up qui transforme les biodéchets en aliments

(c)Nicolas Duprey

La start-up française Upcycle récupère depuis 2011 du marc de café auprès des entreprises pour le transformer en pleurotes Monte Cristo. Elle mise sur une approche sociale, collaborative et circulaire pour valoriser les biodéchets et favoriser l’agriculture biologique.

Chaque année, 10 millions de tonnes d’aliments finissent dans les poubelles françaises. Pourtant, la valorisation de ces biodéchets peut bel et bien contribuer à créer des nouvelles ressources d’alimentation et à lutter contre le changement climatique, tout en créant des opportunités économiques pour les agriculteurs. Il suffit tout simplement de les « upcycler », c’est-à-dire, d’aider leur retour à la terre.

 

Partant de la prémisse que la nature est sage, et qu’elle ne produit pas de déchets, la start-up française Upcycle recycle le marc du café pour en faire un substrat permettant de cultiver des champignons. Sa particularité ? Elle collabore avec des associations d’insertion pour offrir aux personnes éloignées du marché du travail ou avec des handicaps la possibilité de retrouver un emploi, que ce soit dans la production ou dans la distribution des champignons.

 

Fondée en 2011 par Cédric Péchard, un ingénieur passionné de biomimétisme, l’entreprise récupère le marc de café auprès des entreprises en région parisienne et le transforme en pleurotes Monte Cristo dans sa champignonnière, dans les Yvelines (Ile-de-France). Ensuite, elle vend ces produits locaux à des restaurateurs parisiens, certains étoilés, tels que Yannick Alléno ou le chef italien Simone Zanoni, ainsi qu’à des revendeurs.

 

Mais tout le monde a la possibilité de faire pousser ces petits délices à la maison, ou au bureau. L’entreprise commercialise également son produit phare, « La boîte à champignons », auprès des particuliers, des associations, des écoles, des bailleurs sociaux, entre autres. Disponibles en ligne, ces kits de culture en forme de brique de lait et alimentées au marc de café font naître des pleurotes fraîches en à peine quelques jours.

 

Et puisque rien ne se jette et tout se transforme, l’entreprise distribue également les restes de substrat produit à partir de marc de café à des maraîchers pour fertiliser leurs cultures en évitant l’usage de pesticides. Depuis son lancement, Upcycle a ainsi recyclé le marc de café de plus de 49 millions de tasses, soit près de 700 000 kilogrammes de café, qui ont permis de régénérer plus de 19 000 mètres carrés de sols.

 

Depuis 2017, la start-up installe également des composteurs dans des cantines d’entreprises telles qu’Air France ou Intermarché, afin de transformer les restes des repas des salariés, cuits ou crus, en fertilisant. Le compost produit au bout d’une quinzaine de jours peut être ensuite utilisé au choix, soit sur place par les salariés de l’entreprise, soit distribué gratuitement par Upcycle à des maraîchers de la région.

 

Primée à plusieurs reprises, la société continue à élargir son champ d’action dans une approche collaborative avec des acteurs privés et publics, en les conseillant sur des projets d’agriculture urbaine. Dernière mission en date ? Accompagner la principauté de Monaco dans une réflexion sur la gestion de ses biodéchets.

 

----------

Cet article a été écrit dans le cadre d’une série produite pour open_resource par Sparknews, une entreprise sociale française qui vise à faire émerger des nouveaux récits pour accélérer une transition écologique et sociale à la hauteur des enjeux de notre époque.

Commentaires:

Un commentaire est obligatoire